Logo de EPUF
EGLISE PROTESTANTE UNIE DE VOIRON

Culte: Actes 10/1-48 Pierre et Corneille

Dimanche 10 Mai 2020

 

Quelle belle histoire, celle de ces deux hommes tellement différents par leur origine, leur culture, et leur métier : le pêcheur juif et l’officier romain. Et voila que tous deux sont en « copié-collé » dans leur comportement et dans ce qui leur arrive. Leur comportement : les premiers mots les concernant sont pour Corneille, « il adore Dieu fidèlement et il prie Dieu régulièrement », pour Pierre : « Pierre  monte sur la terrasse de la maison pour prier » ; deux hommes en prière.

Puis pour Corneille : « un ange de Dieu se montre à lui », et pour Pierre : « Pierre voit quelque chose qui vient de Dieu. Il voit le ciel ouvert et un objet qui descend du ciel » ; ils ont une vision.

Mais le premier des deux, c’est Corneille. Pierre a sa vision plus tard alors que les envoyés de Corneille sont en route vers lui, et il ne le sait pas encore. Cette vision, il a du mal à la comprendre « il ne sait ce qu’il faut en penser ….il est toujours entrain de réfléchir à ce qu’il a vu ».Mais Pierre sait que c’est le Seigneur qui lui parle puisqu’il lui répond : « Non, Seigneur. Je n’ai jamais mangé de nourriture interdite ».C’est l’arrivée des envoyés de Corneille qui, par l’Esprit, lui fait comprendre le sens de cette vision : finis les interdits ! Tous les animaux sont mangeables, égaux. Tous les hommes sont semblables, tous créatures aimées de Dieu et du Christ, son fils, envoyé dans le monde, comme nous l’avons vu tout à l'heure, dans la liturgie : « comme le Père m'a aimé, je vous ai aussi aimés »et « Vous êtes mes amis ».

Et voila que Pierre accueille ces envoyés, les loge, puis va les accompagner pour une journée de marche. Encore un point commun entre Pierre et Corneille, il y a eu la prière et la vision, mais il y a l’action : Pierre se met en route et par deux fois le texte évoque le comportement généreux de Corneille envers les pauvres, prière et action sont liées. La prière comme préliminaire à l’action, chez ces deux hommes, nous a beaucoup frappés, interpellés sur la place que la prière a pour nous.

MAIS QUELLE PRIERE ?

 Ici, après la prière, chacun d’entre eux reçoit un message de Dieu. Leur prière n’est pas décrite. Mais il leur a fallu à tous les deux un silence intérieur, une écoute de la volonté de Dieu pour être capables de  capables de recevoir ces visions. Dans notre prière attention au bavardage complaisant

Pensons à la brièveté du Notre Père, donné par Jésus en enseignement de prière à ses disciples. Sachons faire silence, être mendiant de la présence de Dieu. Que ce ne soit pas un moment vain qui ne nous conduirait pas vers une conduite d’amour.

Il s’est vu, il se verra des gens déclamant de magnifiques prières et se comportant ensuite avec dureté ou agressivité.  Dans le groupe de prière de notre communauté, nous portons plusieurs personnes et toute la paroisse. Il y a alors de longs moments de silence tout aussi fortifiants que de belles paroles.

 Quelle belle image de l’église et de nos relations humaines ! Nous avons besoin les uns des autres. Précisons : les autres ont besoin de nous, cela nous a été appris depuis longtemps. Mais, aussi, j’ai, nous avons besoin des autres, ce qui est parfois plus difficile à vivre avec notre éducation chrétienne de service. Pierre, ce grand personnage a besoin de ce centenier Corneille pour comprendre ce que Dieu a à lui dire.

Une remarque dans notre groupe : Corneille le romain est visité par un ange comme l’a été la petite juive Marie. Maintenant toute l’humanité est visitée.  Nous aussi. La petite histoire d'Odile, Janine, et Isabelle en est un exemple. Odile n'a pas vu  d’ange, mais a reçu une inspiration intérieure. Ne serait-ce pas une réponse à sa prière ?

 Une question se pose à nous, maintenant. Nous sommes membres d’une église établie, officielle avec sa culture biblique, nous sommes des Pierre, qui sont pour nous les Corneille ?

Qui sont ceux qui,  en dehors de notre tradition chrétienne, ont trouvé le chemin du Seigneur, le prient, mais ont peut-être besoin de nous et dont nous avons peut-être besoin. Peut-être avons-nous à être vigilants pour savoir accueillir, visiter ces enfants de Dieu si différents de nous .Comme Corneille a apporté à Pierre, ils peuvent peut-être nous apporter. Je pense à l’ouverture œcuménique, est-elle suffisante, doit- elle évoluer ? Et puis aux hasards de la vie, dans les rencontres que nous pouvons faire auprès de nos voisins, au travail, aux associations de parents d’élèves ou autres, en voyage, en vacances……

Une autre petite question pour finir. Nous avons des vies très pleines des tas d’occupations. N’y a-t-il pas dans tout cela trop de contraintes qui nous interdisent comme à Pierre une relation juste avec le Père et avec les autres ?

 A chacun de faire le ménage avec confiance dans l’accompagnement,  la sollicitude que ce Père a pour nous. De la part de Pierre, celui qui est au groupe de préparation du culte, je vous transmets : « P.A.P », non il n’est pas devenu catholique, c’est P.A.P. : Prière, Action, Prière !

Amen.

Marie-France Lanz